Voici le Signe

Nous vivons une époque très particulière pendant laquelle beaucoup de signes nous indiquent dans quelle saison de l’histoire de l’humanité nous sommes actuellement.


Pour nous qui croyons DIEU, nous avons foi que Celui-ci a semé, tout au long de la Bible, des paroles prophétiques qui sont comme des « cailloux blancs » ou des traces lumineuses que nous sommes invités à suivre et à décoder.


Le Psaumes 119:105 déclare : « Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier.»

La Bible est le Livre de la Révélation de la pensée et du plan de DIEU pour nous aujourd’hui.

Plus nous allons y plonger nos regards avec foi, plus nous allons aimer DIEU pour Sa prévenance envers nous.


Nous allons lire deux textes de l’Ancien Testament qui annoncent prophétiquement la venue de Jésus-Christ. Le premier texte se trouve dans le livre du prophète Esaïe 7:14

« C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille (vierge) deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. »


Le deuxième texte se trouve dans Esaïe 9 :6-7

« Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. (7) Donner à l'empire de l'accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, l'affermir et le soutenir par le droit et par la justice, dès maintenant et à toujours : Voilà ce que fera le zèle de l'Éternel des armées. »


Au travers des prophètes, DIEU annonce à l’avance ce qui va arriver.

La prophétie du prophète Esaïe est datée de 7 siècles avant la venue de Jésus.

Cette parole prophétique d’Esaïe 9 est un résumé de toute la vie de Jésus-Christ, depuis sa naissance jusqu’à sa résurrection.

Lorsque nous lisons les Évangiles, nous y découvrons, écrite noir sur blanc, la réalisation de ces deux prophéties de l’Ancien Testament et, bien entendu, de bien d’autres prophéties données par les différents prophètes de la première alliance.


Dans Jean 17:4, un peu avant sa mort, Jésus va faire cette déclaration à Dieu son Père : « Je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire. »


Du début à la fin, Jésus a accompli exactement le plan rédempteur du Père.

Rien n’a été fait par hasard ou par accident, Dieu le Père savait exactement ce qu’il fallait faire pour que nous soyons sauvés et délivrés des griffes de Satan, afin que nous devenions, par le moyen de la foi dans Sa grâce, Ses enfants d’adoption, Héritiers de Dieu et Cohéritiers de Christ. Alléluia, Gloire à DIEU !


La Bible, La Parole de Dieu est là pour fortifier notre foi car :

Lorsque je lis la Bible, je constate que ma foi prend une nouvelle dimension car, comme le dit l’Apôtre Paul dans Romains 10 :17, « Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ. »

C’est alors que j’ai beaucoup plus de hardiesse, j’ai une plus grande confiance dans ce que Dieu déclare et je sais et je crois que Dieu me tient dans Sa main toute puissante quoi qu’il m’arrive.

L’Apôtre Jean, dans sa première lettre au chapitre 5, nous dit que :

«Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? » (1 Jean 5 :4-5)


Ceci dit, venons-en au récit de la venue du Fils de DIEU

Dans l’Evangile de Luc, nous lisons le récit de la naissance de notre Sauveur. Luc 2 : 6-18

« Pendant qu'ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né. Elle l'emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie. Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande frayeur. Mais l'ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie : c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ (Messie), le Seigneur. (Ce texte nous annonce la divinité du Christ).

Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.

Et soudain il se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, louant Dieu et disant : Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !

Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons jusqu'à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.

Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche.

Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l'étonnement de ce que leur disaient les bergers. »


Bethléhem avait été prophétisée par le prophète Michée comme la ville dans laquelle naîtrait le Sauveur.


C’était la prophétie de Michée 5:2 " Et toi, Bethléhem Éphrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité. "

Nous connaissons la ville où Jésus devait naître, voici maintenant une nouvelle précision car la Bible est très précise à ce sujet.

Le texte de l’évangile de Luc nous dit « qu’il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie (ou l’auberge). » (Luc 2 : 6)

En fait il ne s’agit pas d’une « auberge » en tant que telle, le village de Bethléem étant trop petit pour avoir une hôtellerie, mais il s’agit d’une « kataluma », c’est-à-dire un lieu pour loger.

C’était tout simplement l'étage supérieur d'une maison où les invités pouvaient rester, c’était en quelque sorte comme une chambre d’ami au premier étage.

Donc nous pourrions traduire comme ceci : « il n'y avait pas de chambre d'ami disponible à Bethléem pour que Marie puisse accoucher. »

La raison est simple car c’est qu’avec le recensement exigé par l’empereur romain, toutes les familles qui autrefois habitaient à Bethléhem, avaient fait le voyage et, bien entendu, chaque maison était occupée.


Joseph et Marie ont dû dormir en bas, c’est-à-dire au rez-de-chaussée. C’était une pièce polyvalente qui servait d'atelier pendant la journée et, la nuit, elle servait à abriter des animaux. Ce n'était pas vraiment une grange ou une écurie à part entière, mais cet endroit contenait une mangeoire taillée dans la roche.

C’est dans cette mangeoire que l'enfant Jésus nouveau-né a été déposé, emmailloté, sur de la paille.


Luc 2:12 nous précise : « Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche (ou mangeoire). »

L’ange dit aux bergers que l’enfant emmailloté et couché dans la mangeoire, c’est un signe, pourquoi?


Un bébé emmailloté et couché dans une mangeoire, est devenu Le Signe comme quoi notre Dieu s’est fait homme et est venu sur la terre habiter parmi nous, comme le dit l’Evangéliste JEAN :

Jean 1:14 : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. »

Jésus est entré dans le monde comme un humble bébé et, bien qu'il soit le Dieu tout puissant, il a vécu comme un simple homme, comme le souligne Paul aux Philippiens.


Philippiens 2 : 6-8 « Jésus-Christ lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. »


Qui étaient vraiment ces bergers ?

Les bergers qui ont entendu l’annonce de l’Ange, n’étaient pas n’importe quels bergers, car c’étaient des bergers sacerdotaux, c’est-à-dire spécialement consacrés pour garder ces troupeaux de brebis.

Les bergers gardaient les troupeaux dans un lieu appelé : « Migdal Eder », ce qui signifie « la tour [de garde] du troupeau », et nous retrouvons ce nom dans le livre du prophète Michée 4 :8 « Et toi, tour du troupeau, colline de la fille de Sion, A toi viendra, à toi arrivera l'ancienne domination, Le royaume de la fille de Jérusalem. »

Il est donc question de ce champ particulier situé à environ 2km de Bethléhem. Ce champ équipé d’une tour de garde, avait été acheté par le Roi David pour élever les brebis qui allaient mettre au monde des agneaux destinés aux sacrifices et, tout particulièrement, pour surveiller de près la naissance de l’agneau destiné au sacrifice de la Pâque.

La fête de la Pâque était célébrée pour commémorer la sortie du peuple hébreux de l’esclavage d’Egypte et, à cette occasion, l’on sacrifiait un agneau mâle sans défaut et sans tache qui devait naître dans cette tour de garde des brebis.

Le rez-de-chaussée

Il faut souligner que c'est à l'étage inférieur (c’est-à-dire le rez-de-chaussée) de la tour de garde du troupeau (Migdal Eder) qu'avait lieu la naissance de l’agneau destiné à être sacrifié à la fête de la Pâque selon la loi de l’ancienne alliance.


Les brebis sélectionnées et qui étaient sur le point de mettre bas y étaient amenées.

Après la naissance de l’agneau, les bergers sacerdotaux enveloppaient l’agneau dans un tissu et le déposaient dans une mangeoire tapissée de foin doux pour l’empêcher de se blesser, car l’agneau pascal devait être sans tache, sans meurtrissure ni os cassé.


Le signe miraculeux pour ces bergers sacerdotaux était un petit garçon emmailloté et couché à l’endroit même où l'agneau de la Pâque devait être – c’est à dire dans une mangeoire.

Luc 2:12 : « Le signe : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. »

Ces bergers sacerdotaux connaissaient la signification de ce signe. Ils comprenaient le signe miraculeux que Jésus est en effet : « l’agneau de Dieu qui va mourir pour nous délivrer de l’esclavage du péché et nous faire entrer dans la grâce ».


C'est dans cette mangeoire, là où est couché Jésus-Christ, que le royaume des temps anciens mentionné dans Michée 4 :8, est arrivé sur terre.


L’apôtre Pierre va nous parler de qui est cet agneau de DIEU :

1 Pierre 1 :18-21 « sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en Dieu, lequel l'a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu.

La signification prophétique

Voilà la signification prophétique de la naissance de Jésus que nous célébrons chaque année.

Cette naissance est miraculeuse car elle accomplit parfaitement les Écritures saintes.


Le message des anges

Le message des anges est pour nous aujourd’hui : « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie : c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ (Messie), le Seigneur. »


Ce message porté par l’ange nous invite à mettre toute notre confiance et notre foi en Jésus-Christ, c’est un message d’espoir pour ceux et celles qui n’ont plus d’espoir, un message de vie, qui nous invite à ne pas craindre mais à mettre notre confiance dans toute la Parole prophétique.

2 Pierre 1:19

« Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos cœurs. »


Le Christ n’est pas resté un bébé mais il a grandi et il a accompli l’acte le plus merveilleux qui soit, il est mort, il a été mis au tombeau et, le troisième jour, il est ressuscité.


Si les Écritures se sont accomplies avec tant de précisions, alors nous pouvons et nous devons mettre toute notre foi en Jésus et ne plus avoir de crainte pour aujourd’hui et pour l’avenir.

Jésus est vivant, invite-le donc à venir naître dans ton cœur comme ton Sauveur et Seigneur, et alors tu seras transformé, car la Bible dit : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut. »


Je vous souhaite un joyeux NOËL


68 vues0 commentaire